jeudi, octobre 18, 2018
   
Text Size

RECHERCHE

новые флеш игры.

J’accuse le Fmi

Catégorie parente: Afrique de lOuest

Шаблоны Joomla здесь.

alt

Par Ely Mustafa*
Au nom de tous les mendiants qui peuplent les rues de Mauritanie, de son infrastructure tant industrielle, économique et sociale inexistante, de ses quatre-cinquièmes de la population qui vivent dans la misère et le dénuement complets, de son chômage, lot de toute une jeunesse, de sa capitale qui croule sous l’indigence de ses responsables et le poids de ses quartiers malfamés, etc., j’accuse le Fmi…


 Quand le Fmi maintient mon pays dans le sous-développement.

J’accuse les émissaires du Fmi de tenir des discours qui participent à maintenir mon pays dans la misère et une dictature au pouvoir opprimant le peuple.

J’accuse le Fmi de véhiculer, à travers le discours de ses émissaires dans les mass-médias publics de mon pays, et du monde, des informations qui induisent en erreur les populations et confortent les mauvais droits de leurs gouvernants.

J’accuse les différents émissaires du Fmi en Mauritanie de tenir des discours qui ignorent complètement les réalités économiques de mon pays au détriment d’objectifs structurels dictés par leur organisation à nos gouvernants.

J’accuse les mandataires de ces émissaires à Washington et ailleurs de jouer avec la destinée du peuple mauritanien au nom d’engagements pris par des gouvernants qui pillent les ressources publiques et que le Fmi conforte dans leur forfait par ses satisfécit publics de leur gestion publique.

J’accuse le Fmi de jouer sur les notions d’équilibres économiques pour continuer à maintenir les politiques publiques de mon pays dans un infantilisme qui hypothèque tout développement.

J’accuse les différents émissaires du Fmi en Mauritanie de prendre des positions manifestes et publiques hautement médiatisée sur les niveaux de croissance d’agrégats économiques de mon pays, sachant pertinemment qu’ils ne reflètent nullement l’état réel de l’économie ni son niveau de développement.

J’accuse le Fmi de continuer à ignorer ce qui advient réellement de ses prêts à facettes multiples quand ils tombent dans l’escarcelle de nos dirigeants et à continuer à les soutenir dans des plans structurels toujours autrement composés et chèrement reconduits.

J’accuse le Fmi de continuer à publier dans les travaux de ses experts sur la Mauritanie ce que ses émissaires ne disent pas, maintenant par ses satisfécits annuels nos populations de la misère.

J’accuse le Fmi de continuer à multiplier ses mécanismes de prêts, à les diversifier pour soutenir contre toute raison humaine des équilibres macro-économiques qui satisfont sa philosophie économique mais détruisent tout espoir de développement social et humain en Mauritanie.

J’accuse le Fmi de continuer à proposer à des pays pauvres et démunies, comme la Mauritanie, des prêts concessionnels, des facilités de crédit, des crédits rapides en misant sur des croissances fictives et des chiffres officiels douteux contribuant à maintenir ces pays dans un endettement structurel sans fin.

J’accuse le Fmi, d’avoir démarré depuis plus d’un quart de siècle, des programmes d’ajustement structurel et autres mécanismes subséquents, imposant restrictions et suggestions macro-économiques à mon pays, la Mauritanie, qui est encore, aujourd’hui, pauvre parmi les pauvres.

J’accuse le Fmi de continuer d’accompagner par ses satisfécits et prêts concessionnels, les stratégies d’autorités publiques irresponsables et budgétivores spécialisées dans l’utilisation des mécanismes de l’endettement pour « pomper » les moyens du Fmi et ceux de la nation.

J’accuse le Fmi d’avoir appuyé la Mauritanie dans des programmes d’ajustement structurels, depuis 1985 à nos jours (Plan de redressement économique et financier, le Plan de consolidation et de relance, Plans d’investissements publics, cadres de lutte contre la pauvreté, des Cadres des dépenses budgétaires à moyen termes et autres Budgets consolidés d’investissement, etc.) avec les résultats qui se reflètent catastrophiquement dans les Indices du développement humain (Idh-Pnud) du pays.

J’accuse le Fmi de continuer à féliciter les dirigeants de mon pays pour la « performance » de leur gestion alors que de 1980 et 2012 l’Idh de la Mauritanie n’a augmenté que de 0.5% par an, passant de 0.340 à 0.467 aujourd’hui, ce qui place mon pays au 155ème rang sur 187 pays.

J’accuse le Fmi de continuer à féliciter nos dirigeants pour leur gestion publique à travers l’exhibition de taux de “croissance” erronés puisqu’exprimant une exploitation géologique (revenus d’extractions minéralières) constitutive d’une rente financière pour des dirigeants corrompus.

J’accuse le Fmi, de continuer à applaudir la « croissance » d’un Pib mauritanien qui n’exprime rien sinon le revenu d’une surexploitation de ressources naturelles non renouvelables et en voie d’épuisement.

J’accuse le Fmi de se féliciter, pour mieux appuyer nos gouvernants, d’une croissance dont on sait pertinemment qu’il s’agit d’un “revenu national”, détourné par avance, jamais équitablement distribué et qui n’exprime nullement la somme des valeurs ajoutées des unités économiques du pays (s’exprimant par des variations du Produit intérieur brut (Pib) réel (corrigé de l’inflation) ou nominal (exprimant la valeur marchande des biens et des services produits par un pays.)

J’accuse le Fmi de continuer à bâtir ses déclarations de satisfaction à l’intention des gouvernants de mon pays sur la variation quantitative d’un agrégat économique (croissance du Pib), alors qu’il n’est pas, loin de là, synonyme de développement.

J’accuse le Fmi de justifier ses interventions d’appui et d’endettement de mon pays sur l’appréciation d’une croissance sans développement.

J’accuse le Fmi, d’avoir expérimenté avec la Mauritanie, en tant que Pvd, Pma et Ppte, tous les circuits de son assistance et que mon pays est aujourd’hui, pauvre, endetté et gouverné dans l’illégalité et l’illégitimité.
Au nom de tous les mendiants qui peuplent les rues de mon pays, de son infrastructure tant industrielle, économique et sociale inexistante, de ses quatre-cinquièmes de la population qui vivent dans la misère et le dénuement complets, de son chômage, lot de toute une jeunesse, de sa capitale qui croule sous l’indigence de ses responsables et le poids de ses quartiers malfamés ; au nom du pays profond qui vit sous le seuil de pauvreté sans les moindres infrastructures de base, son enseignement, faire-valoir de la misère de l’élève, de l’étudiant et de l’enseignant, sa corruption qui gangrène le pays au vu et au su de tout le monde, ses détournements de biens public, commun de la gestion publique, son taux de mortalité (enfant et adultes), l’un des plus élevés du monde, j’accuse le Fmi dont les responsables et émissaires en Mauritanie osent déclarer :

« J’ai félicité les autorités pour leur gestion macroéconomique avisée qui a contribué à nourrir le rebond de l’activité économique en 2012, à maîtriser l’inflation et à conforter les marges de manœuvre budgétaire et extérieure. » (Christine Lagarde- Nouakchott- Le 9 janvier 2013)

« Mon séjour m’a permis d’évoquer les excellentes conditions économiques en Mauritanie et les énormes efforts déployés pour le renforcement du niveau de la croissance qui a atteint 7% environ au cours de l’année 2012 ». (Mme Mercedes Vera Martin conduisant une mission du Fonds monétaire international (Fmi)- Nouakchott- jeudi 2 mai 2013)

J’appelle le Fmi à revoir à l’égard de mon pays, et certainement de tous les pays dans une situation similaire, ses méthodes et son approche médiatique, celle de ses émissaires afin de ne pas continuer à induire en erreur l’opinion publique dans nos pays.

J’appelle le Fmi, à demander à ses émissaires dans mon pays de ne pas conforter par leurs déclarations publiques nos gouvernants dans leur gestion économico-sociale et financière catastrophique.

J’appelle le Fmi à remplacer son appréciation publique de la croissance liée au niveau d’un agrégat économique (Pib) non expressif du niveau de développement, par une appréciation de la croissance réelle, celle la somme des valeurs ajoutées des unités économiques du pays à travers leurs exportations de biens (industriels, manufacturés) et de services (issus d’un savoir-faire, de la recherche et développement) et de leur maîtrise technologique et scientifique.

J’appelle le Fmi à lier ses appréciations de la Croissance à l’évolution effective de l’indicateur de développement humain en Mauritanie pour juger de l’efficacité de son intervention et de l’inefficacité de nos gouvernants.

J’appelle le Fmi a ne pas se conforter dans l’appréciation d’équilibres macro-économiques dont il veut forcer la réalisation dans la sphère financière de mon pays à coup de missions d’experts et de prêts concessionnels et de satisfécits, mais de comprendre que depuis plus d’un quart de siècle qu’il intervient en Mauritanie, des générations entières en ont souffert et qu’il aura probablement à rendre compte aux générations futures.


CE TEXTE VOUS A ETE PROPOSE PAR PAMBAZUKA NEWS



* Ne vous faites pas seulement offrir Pambazuka ! Devenez un Ami de Pambazuka et faites un don MAINTENANT pour aider à maintenir Pambazuka LIBRE et INDEPENDANT ! 
http://www.pambazuka.org/fr/friends.php



** Ely Mustafa est professeur d'université et consultant international. Juriste et spécialiste en finances publiques.

*** Veuillez envoyer vos commentaires à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou commentez en ligne sur le site de Pambazuka News

лимузин на свадьбу.
Компания Сансити
Move
-

INternational

Top Headline
French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Information en bréf

Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l’UA

L’ex-épouse du président Jacob Zuma est la première femme et la première anglophone à accéder au poste de présidente de la commission de l’Union africaine. Une victoire qui pourrait profiter par ricochet au président sud-africain.

 


Union africaine De nouveaux défis attendent Boni Yayi

La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini- Zuma a été élue présidente de la Commission de l'Union africaine(Ua), le dimanche 15 juillet au soir à Addis-Abeba lors du 19ème sommet de l'institution.

 


Le sort des noirs subsahariens en Libye

Sayouba Savadogo, universitaire originaire du Burkina Faso qui s’intéresse aux liens entre l’arabité et l’africanité évoquait le 14 septembre 2011 sur Radio Canada International (dans l’émission Tam Tam) le sort des noirs en Libye et pas seulement depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

 


Ghana : Le panafricanisme de Kwamé NKRUMAH

« Le nationalisme africain ne se limite pas seulement à la Côte d’Or, aujourd’hui le Ghana. Dès maintenant il doit être un nationalisme panafricain et il faut que l’idéologie d’une conscience politique parmi les Africains, ainsi que leur émancipation, se répandent partout dans le continent », déclare dès 1960 celui qui fut le père de l’indépendance du Ghana (ex- Gold Coast) en 1957....


Rwanda : la vérité rattrape toujours le mensonge

« Le mensonge peut courir une année, la vérité le rattrape en une journée » dit un proverbe africain. Les juges Trévidic et Poux mettent à plat le travail biaisé et uniquement à charge contre le FPR (Front Patriotique Rwandais) du juge Bruguière dont le principal objectif a été certainement la dissimulation du rôle de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda, aidé en cela par certains médias français.


EGYPTE : Les islamistes grands gagnants des révolutions

Les Islamistes ont remporté plus des deux tiers de l’Assemblée dont la moitié pour les seuls frères musulmans. Comme en Tunisie, la déferlante islamiste après les révolutions qui ont chassé les dictateurs doivent interpeller les pays occidentaux sur le sens à donner à ces élections. A force de soutenir les dictateurs pour leurs seuls intérêts, ils ont oublié que le peuple seul aura le dernier mot en démocratie.


Cheikh Anta DIOP : le dernier pharaon

L’insulte suprême a été faite le 26 juillet 2007, au sein même de cette université qui porte son nom, lorsque Nicolas Sarkozy est venu dire à la jeunesse africaine que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire ». Cheikh Anta Diop a dû se retourner dans sa tombe, lui qui justement, a passé sa vie à montrer tous les apports du nègre africain à la civilisation mondiale. La riposte ne s’est d’ailleurs pas fait attendre et 23 intellectuels africains et français ont répondu à Sarkozy.

 


Exécutions de prisonniers en Gambie : Jammeh capitule devant Souleymane Ndéné Ndiaye

C’est un ancien premier ministre et avocat qui a plaidé et obtenu gain de cause auprès du président gambien Yahya Jammeh devant sa décision d’exécuter des prisonniers condamnés à mort.Au lendemain des exécutions le 26 août dernier de 9 prisonniers parmi lesquels figurent deux ressortissants sénégalais, Banjul avait annoncé l'application de la peine capitale à tous les autres prisonniers qui attendent dans le couloir de la mort, ce, en dépit des réactions et vives protestations des organismes de défense des droits de l’homme à travers le monde.


alt

Ouganda : une application mobile détectant la malaria

C’est du jamais vu, une application mobile peut désormais diagnostiquer la malaria. C’est l’invention de quatre étudiants ougandais en informatique à l’université de Mekerere (Kampala), se faisant appeler Code 8.

 


altMali: Entre deux maux

Entre deux maux il faut choisir le moindre. Tel est le proverbe et, telle est la position adoptée par le parti SADI et rendue publique le cinq août dernier au cours d’une conférence de presse dans les locaux de radio Kayira à Bamako.
Le résultat du premier tour des élections présidentielles a-t-il conduit à choisir entre deux maux : la peste ou le choléra ? Les deux termes qui concluent habituellement le proverbe cité.


altLes nouveaux soupirants de l’Afrique et le dilemme de nombreux investisseurs partenaires

Le Brésil, compte tenu des similarités culturelles et économiques avec l’Afrique, a une meilleure chance de devenir le partenaire commercial et d’investissement idéal pour le continent, même si le cadre d’échange global des Brics est maintenu.

 


alt

Les raisons qui font que vous allez aimer vivre en Afrique

L’Afrique terre mère et de l’avenir. Une terre où tout reste à exploiter, à condition de bien le faire. Et si retourner vivre en Afrique relevait plus de l’opportunité plutôt qu’une aventure ? Vous avez mille et une raisons de le faire.

 


altBulletins "Afriques en lutte"

IMETUEUSE REVOLUTION!. l'Egypte pourrait être le début d’un nouveau processus historique, celui du début de la fin de l’islam politique qui, du fait d'une mobilisation populaire inédite, vient d'enregistrer un échec majeur avec le renversement de Morsi, issu des Frères musulmans.

 


altMali : APPEL A NOS COMPATRIOTES

Chers compatriotes,Aujourd’hui, notre nation traverse la période la plus triste et la plus grave de son histoire depuis son accession à l’indépendance le 22 septembre 1960. L’espoir suscité, en 1991, par le formidable mouvement des élèves et étudiants, soutenus par les populations et les forces politiques, s’est transformé en un cauchemar qui remet en cause notre existence en tant que nation.


mandelaNelson Mandela, une destinée sud-africaine

Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, près d’Umtata dans le Transkei, région située dans l’est de la province du Cap-Oriental. Madiba, comme on le surnomme affectueusement, est le fils d’Henry Mandela, le principal conseiller du chef du Thembuland. Après la mort de son père, il devient pupille du chef afin d’être formé à la charge héritée de son père. Le règlement des litiges qui sont présentés à la cour et le glorieux passé de ses ancêtres dans la défense des intérêts de leurs concitoyens détermineront son avenir.


alt

La nouvelle ruée vers l’Afrique bat son plein

Depuis l’époque coloniale, ceux qui cherchent des matières premières peuvent faire ce qu’ils veulent en Afrique, pratiquement sans entrave. Après la décolonisation, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont affaibli bon nombre d’États en leur imposant des réformes structurelles. Aujourd’hui, toutefois, certains gouvernements africains tentent de résister.

 


 

 

 

 

 

Connexion

NOS VISIONNAIRES

NELSON MANDELA

MARTIN LUTHER KING

THOMAS SANKARA

VOIR PLUS...

Top rubriques

  • 1
  • 2

Connexion