vendredi, février 23, 2018
   
Text Size

RECHERCHE

новые флеш игры.

De Lampedousa à la source de l'immigration clandestine: Les réfugiés de la mendicité

Шаблоны Joomla здесь.

Lampedousa5 novembre 2013 par Robert Bibeau Immigration - Analyse Le drame de Lampedusa en Méditerranée « L’incendie du 3 octobre, au large de l’ile de Lampedusa, d’une embarcation partie du port libyen de Misurata et qui transportait à son bord 500 réfugiés originaires d’Érythrée, de Somalie et du Ghana (a fait 360 morts… NDLR). Parmi les survivants, nombreux sont ceux qui témoignent de l’absence de secours, (…) de la part de bateaux de pêche qui auraient vu l’embarcation des migrants se retourner puis couler à pic sans pour autant intervenir comme conséquence de la législation anti-immigration qui empêche les embarcations civiles d’apporter de l’aide aux « clandestins » avant l’arrivée des garde-côtes » (1). « Honte et horreur » : ce sont les termes utilisés par le président de la république italienne à propos de la tragédie de Lampedusa. Ces termes devraient plus exactement être utilisés pour définir la politique de l’Italie à l’égard de l’Afrique, en particulier de la Libye d’où provenait le bateau de la mort. Les gouvernants qui aujourd’hui battent leur coulpe sont les mêmes qui ont contribué à cette tragédie. » (2).

Voilà les faits tristes et dramatiques, mais qu’y a-t-il derrière cette façade d’indignation hypocrite ? Pourquoi cinq cents personnes embarquent-elles dans un rafiot conçu pour deux cents passagers ? Pourquoi ces migrants de la misère prennent-ils la mer mouvementée au péril de leur sécurité ?

Qu’est-ce qui pousse ces damnés de la Terre à cette transhumance vers une mort annoncée ? Ces malandrins n’ont-ils aucun instinct de survie ? C’est parce qu’ils veulent survivre justement que ces gens affrontent les plus grands dangers. Il faut donc comprendre que là d’où ils viennent la vie est plus risquée et plus affligeante que sur ces bateaux rafistolés – troués – prêts à couler.

Bien entendu, l’industrie des contrebandiers de la clandestinité a sa part de responsabilité. Mais les « passeurs de rêve » ne peuvent engranger les deniers que parce que le flot des réfugiés de la mendicité ne tarit pas malgré ces assassinats avérés. Examinez le problème de la façon que vous le voudrez ; toutes les avenues vous renvoient aux pays d’origine d’où ces victimes ont entrepris leur odyssée. Un mur électrifié, un rideau de fer, un escadron surarmé ? Quelques loustics suggèrent de dresser aux frontières des barrières jusqu’au ciel. En Israël on l’appelle le Mur de séparation – qui sépare les palestiniens « pestiférés », de leurs geôliers de l’apartheid ostracisé. Tout a été tenté pour endiguer ces immigrés. Immerger des filets de sous-mariniers pour bloquer les traversiers. Essaimer des vedettes rapides remplies de douaniers suréquipés. Inonder les plages de la Méditerranée de garde côtier bien armés qui tueront les réfugiés avant que d’embarqués risquant de se noyer.

Je puis vous l’assurer, tous ces crimes contre l’humanité ne stopperont jamais la marée des affamés désespérés. La source de l’immigration illégale est en amont de la Méditerranée, du Sinaï et de la Mer Égée. Là-bas, au sud du Sud, à l’endroit d’où partent les sentiers empruntés par les richesses pillées, prenant leurs sources dans les puits de pétrole, les mines d’or, de diamant, d’argent, de coltan, dans les cratères de titane, de cobalt, d’uranium, les forêts de cyprès, d’acajou et d’ébène incrusté d’ivoire sculpté et spolié (3). Ces routes remplies des caravanes de la mendicité prennent naissance d’aussi loin que l’Afrique du Sud, l’Angola, le Congo, le Gabon, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Nigéria, le Kenya et le Soudan, et d’aussi près que la Libye, la Tunisie, le Mali et l’Algérie. Elles serpentent à travers la jungle, la brousse et le désert desséché pour venir mourir dans les ports de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Tanger, le long des côtes de la mer vidées de ses ressources pélagiques, que les cargos usines frigorifiques, aux pavillons de complaisance, emmènent vers des marchés exotiques, ne laissant que peine et chagrin aux petits piroguiers côtiers africains (4).

Les monopoles d’Occident et d’Asie saignent l’Afrique de ses ressources et de son fric alors que ses fils n’ont que l’exil en partage. Ils iront se noyer au large du Pirée, de Ceuta, de Gibraltar, de Malte et de Lampedusa. Ce n’est pas sur les plages d’Italie, de Grèce, de France ou d’Espagne qu’il faut stopper les autodafés de ceux qui refusent de mourir sans importuner les oligarques subventionnés de la charité intéressée. La migration de la survie se poursuivra tant que ces multinationales ayant pignon sur rue à Paris, Londres, Rome, Washington, New-York, Toronto, Tokyo, Berlin et Shanghai continueront la spoliation des déshérités pour le bénéfice des pieds nickelés et de leurs héritiers. Quand des monopoles internationaux de l’alimentation spéculent à la bourse de Chicago ou de Toronto sur les denrées de base (café, cacao, thé, sucre, blé, huile, riz, sorgho, mangues), ils font s’effondrer le prix du kilo d’achéké à Tombouctou et à Abidjan où les paysans ne parviennent plus à survivre de la vente de leur marchandise - ils ne peuvent semer ni récoltés alors ils meurent affamés ou ils empruntent les chemins de l’exilé. Quand le Congrès étatsunien subventionne le coton américain il condamne le fellah égyptien, les paysans nigérians et éthiopiens à la mort assurée même si ces derniers s’échinent à cultiver le sol pour deux dollars par jour. Même chose pour les céréales et le blé canadien. Quand les bureaucrates de Bruxelles soutiennent frauduleusement la production de poulet en Italie, de lait en poudre aux Pays-Bas, de fromage au Danemark, des métayers africains, leurs fils et leurs cousins quittent leur terre laissée en jachère et se mettent en marche sur les chemins de traverse à la poursuite des richesses spoliées, exportées, sans transformation, via les quais de la mendicité, transbordées vers les usines des Cités capitalistes qui ne leur ont rien laissé que leurs yeux pour pleurer. Ils se révoltent, ils hurlent et ils tuent, qui les a entendu ?

Quand Elf-Total, Shell, Mobil-Exxon et les autres monopoles exproprient les puits et le pétrole et l’expédient, brut-non transformé, vers l’Europe, le Japon, la Chine, ne laissant sur place que des miettes pour engraisser le Président d’opérette, ses généraux et leurs adjudants chargés d’écraser toute velléité des révoltés. En ces temps de disette, derrière les trains, les cargos et les tankers des pilleurs de richesse, voyez les petits chalutiers poussifs des expropriés s’accrocher à leur destin, à la poursuite de leur pain quotidien qu’on leur exproprie et que l’on expatrie. Comment stopper la marée humaine des affamés ? Que les prolétaires africains remettent en question cet échange inégal, aussitôt les Rafale, les hélicoptères de combat, la Légion étrangère de la Françafrique et les escadrons de tueurs de l’Africom, de la DGSE, de la CIA s’abattent comme des vautours sur ces insurgés enragés. La stabilité recouvre aussitôt le pays de sa chape de plomb et les convois sont rétablis en direction des ports en eau profonde, vidant le continent de sa chair, de son sang et de ses enfants. Les oligopoles des milliardaires volent les richesses d’Afrique puis repoussent les esclaves salariés africains vers leurs terres saccagées. Pire encore, ces brigands monopolistiques répriment ces exploités-volés-vilipendés qui osent s’indigner et réclamer l’usufruit de leurs richesses usurpées. Les prolétaires africains ont une immense responsabilité pour stopper cette saignée et la destruction de leur postérité. Grâce au travail acharné de ses ouvriers la Terre-mère africaine peut parfaitement nourrir tout son peuple à condition qu’un mode de production socialisé et planifié soit implanté et imposé. Seul le prolétariat a la capacité d’ériger cette nouvelle société ; quand les ouvriers prendront cette tâche en main la marée des immigrés va s’épuiser, car le premier choix de l’africain c’est son patelin, son quartier, sa plaine, sa brousse, sa jungle et son jardin. L’africain ne vient mourir dans ces froides et mornes villes du Nord que contraint, le cœur étreint. L’Afrique socialiste réservée aux africains, et vous n’aurez plus de jardinier encombrant vos jardins chers européens, américains et canadiens. Rapatriez vos soldats et vous verrez diminuer l’afflux des réfugiés de la mendicité (5). Il en est de même pour les étatsuniens et leur mur de ségrégation, d’exclusion et d’exaction le long de la frontière du Texas-Californie et du Mexique. Idem dans les ports et les aéroports canadiens.

Robert Bibeau

(1) http://www.legrandsoir.info/apres-l... (2) http://www.mondialisation.ca/la-tra... (3) http://www.palestine-solidarite.org... (4) http://www.legrandsoir.info/apres-l... (5) http://humaniterouge.alloforum.com/... et http://haratine.blogspot.fr/2013/10...

Source : http://www.les7duquebec.com

 

лимузин на свадьбу.
Компания Сансити
Move
-

INternational

Top Headline
French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Information en bréf

Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l’UA

L’ex-épouse du président Jacob Zuma est la première femme et la première anglophone à accéder au poste de présidente de la commission de l’Union africaine. Une victoire qui pourrait profiter par ricochet au président sud-africain.

 


Union africaine De nouveaux défis attendent Boni Yayi

La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini- Zuma a été élue présidente de la Commission de l'Union africaine(Ua), le dimanche 15 juillet au soir à Addis-Abeba lors du 19ème sommet de l'institution.

 


Le sort des noirs subsahariens en Libye

Sayouba Savadogo, universitaire originaire du Burkina Faso qui s’intéresse aux liens entre l’arabité et l’africanité évoquait le 14 septembre 2011 sur Radio Canada International (dans l’émission Tam Tam) le sort des noirs en Libye et pas seulement depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

 


Ghana : Le panafricanisme de Kwamé NKRUMAH

« Le nationalisme africain ne se limite pas seulement à la Côte d’Or, aujourd’hui le Ghana. Dès maintenant il doit être un nationalisme panafricain et il faut que l’idéologie d’une conscience politique parmi les Africains, ainsi que leur émancipation, se répandent partout dans le continent », déclare dès 1960 celui qui fut le père de l’indépendance du Ghana (ex- Gold Coast) en 1957....


Rwanda : la vérité rattrape toujours le mensonge

« Le mensonge peut courir une année, la vérité le rattrape en une journée » dit un proverbe africain. Les juges Trévidic et Poux mettent à plat le travail biaisé et uniquement à charge contre le FPR (Front Patriotique Rwandais) du juge Bruguière dont le principal objectif a été certainement la dissimulation du rôle de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda, aidé en cela par certains médias français.


EGYPTE : Les islamistes grands gagnants des révolutions

Les Islamistes ont remporté plus des deux tiers de l’Assemblée dont la moitié pour les seuls frères musulmans. Comme en Tunisie, la déferlante islamiste après les révolutions qui ont chassé les dictateurs doivent interpeller les pays occidentaux sur le sens à donner à ces élections. A force de soutenir les dictateurs pour leurs seuls intérêts, ils ont oublié que le peuple seul aura le dernier mot en démocratie.


Cheikh Anta DIOP : le dernier pharaon

L’insulte suprême a été faite le 26 juillet 2007, au sein même de cette université qui porte son nom, lorsque Nicolas Sarkozy est venu dire à la jeunesse africaine que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire ». Cheikh Anta Diop a dû se retourner dans sa tombe, lui qui justement, a passé sa vie à montrer tous les apports du nègre africain à la civilisation mondiale. La riposte ne s’est d’ailleurs pas fait attendre et 23 intellectuels africains et français ont répondu à Sarkozy.

 


Exécutions de prisonniers en Gambie : Jammeh capitule devant Souleymane Ndéné Ndiaye

C’est un ancien premier ministre et avocat qui a plaidé et obtenu gain de cause auprès du président gambien Yahya Jammeh devant sa décision d’exécuter des prisonniers condamnés à mort.Au lendemain des exécutions le 26 août dernier de 9 prisonniers parmi lesquels figurent deux ressortissants sénégalais, Banjul avait annoncé l'application de la peine capitale à tous les autres prisonniers qui attendent dans le couloir de la mort, ce, en dépit des réactions et vives protestations des organismes de défense des droits de l’homme à travers le monde.


alt

Ouganda : une application mobile détectant la malaria

C’est du jamais vu, une application mobile peut désormais diagnostiquer la malaria. C’est l’invention de quatre étudiants ougandais en informatique à l’université de Mekerere (Kampala), se faisant appeler Code 8.

 


altMali: Entre deux maux

Entre deux maux il faut choisir le moindre. Tel est le proverbe et, telle est la position adoptée par le parti SADI et rendue publique le cinq août dernier au cours d’une conférence de presse dans les locaux de radio Kayira à Bamako.
Le résultat du premier tour des élections présidentielles a-t-il conduit à choisir entre deux maux : la peste ou le choléra ? Les deux termes qui concluent habituellement le proverbe cité.


altLes nouveaux soupirants de l’Afrique et le dilemme de nombreux investisseurs partenaires

Le Brésil, compte tenu des similarités culturelles et économiques avec l’Afrique, a une meilleure chance de devenir le partenaire commercial et d’investissement idéal pour le continent, même si le cadre d’échange global des Brics est maintenu.

 


alt

Les raisons qui font que vous allez aimer vivre en Afrique

L’Afrique terre mère et de l’avenir. Une terre où tout reste à exploiter, à condition de bien le faire. Et si retourner vivre en Afrique relevait plus de l’opportunité plutôt qu’une aventure ? Vous avez mille et une raisons de le faire.

 


altBulletins "Afriques en lutte"

IMETUEUSE REVOLUTION!. l'Egypte pourrait être le début d’un nouveau processus historique, celui du début de la fin de l’islam politique qui, du fait d'une mobilisation populaire inédite, vient d'enregistrer un échec majeur avec le renversement de Morsi, issu des Frères musulmans.

 


altMali : APPEL A NOS COMPATRIOTES

Chers compatriotes,Aujourd’hui, notre nation traverse la période la plus triste et la plus grave de son histoire depuis son accession à l’indépendance le 22 septembre 1960. L’espoir suscité, en 1991, par le formidable mouvement des élèves et étudiants, soutenus par les populations et les forces politiques, s’est transformé en un cauchemar qui remet en cause notre existence en tant que nation.


mandelaNelson Mandela, une destinée sud-africaine

Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, près d’Umtata dans le Transkei, région située dans l’est de la province du Cap-Oriental. Madiba, comme on le surnomme affectueusement, est le fils d’Henry Mandela, le principal conseiller du chef du Thembuland. Après la mort de son père, il devient pupille du chef afin d’être formé à la charge héritée de son père. Le règlement des litiges qui sont présentés à la cour et le glorieux passé de ses ancêtres dans la défense des intérêts de leurs concitoyens détermineront son avenir.


alt

La nouvelle ruée vers l’Afrique bat son plein

Depuis l’époque coloniale, ceux qui cherchent des matières premières peuvent faire ce qu’ils veulent en Afrique, pratiquement sans entrave. Après la décolonisation, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont affaibli bon nombre d’États en leur imposant des réformes structurelles. Aujourd’hui, toutefois, certains gouvernements africains tentent de résister.

 


 

 

 

 

 

Connexion

NOS VISIONNAIRES

NELSON MANDELA

MARTIN LUTHER KING

THOMAS SANKARA

VOIR PLUS...

Top rubriques

  • 1
  • 2

Connexion