dimanche, septembre 23, 2018
   
Text Size

RECHERCHE

новые флеш игры.

Mali : Chronique d'une reconstruction téléguidée

Catégorie parente: Afrique de lOuest

Шаблоны Joomla здесь.

alt

Dans bulletin Afriques en lutte n°24

Le Mali a un nouveau président depuis le 04 septembre 2013, élu le mois précédent. A cette occasion, la situation du pays a été présentée au public français comme largement stabilisée et pacifiée. La réalité est plus compliquée. Si l‘élection du nouveau chef d‘Etat, Ibrahim Boubacar Keïta dit « IBK », repose réellement sur une adhésion d‘une majorité de l‘électorat, la situation globale du pays est loin d‘être aussi idyllique ; et de nombreuses questions de premier ordre reste pour le moment irrésolues.

 

Avant l‘élection 

 

 

Tenir les élections à tout prix, non pas pour déterminer ce que souhaitent vraiment les populations, mais pour redonner une apparence de légitimité à une oligarchie qui a largement contribué au déclin du pays : c’est le pari stratégique que la France a cherché à imposer au Mali. Le premier tour de l’élection présidentielle était initialement prévu pour début juillet, puis a été fixé au  28 juillet 2013. Cela même si le président de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), Mamadou Diamountani, a déclaré le 27 juin dernier que c’était « extrêmement difficile d’organiser » ce premier tour dans les conditions actuelles. Plus de 400.000 réfugiés maliens vivaient alors  loin de chez eux et elles.

 

C’est dans ce contexte qu’il faudra placer l’accord intervenu le 18 juin 2013 entre le gouvernement transitoire en place à Bamako, et les groupes séparatistes MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) ainsi que HCUA (Haut conseil pour l’unité de l’Azawad). Le MNLA, fondé fin 2011 et qui a démarré la lutte armée dans le nord du Mali en janvier 2012, est en bonne partie à l’origine de la crise qui a conduit à la division du Mali pendant la majeure partie de l’année 2012. L’alliance temporaire qu’il avait contractée avec des groupes diaristes a cependant été rompue en juin de la même année, le MNLA a alors été défait militairement par ses ex-alliés, et sa direction s’est réfugié à Ouagadougou (chez ce grand pilier de la Françafrique qu’est la président burkinabè Blaise Compaoré). Depuis, l’organisation a renoncé à sa revendication d’indépendance, mais défend haut et fort son nouveau mot d’ordre: « l’autonomie », désignant un statut spécial pour le nord.

 

Visiblement, d’ailleurs, c’est ces groupes - MNLA  et HCUA - qui avaient plus d’intérêt à la signature de l’accord que les autorités de Bamako. Le MNLA avait mis sa signature sous le document dès le 10 juin, alors que le gouvernement malien rechignait encore pendant plusieurs jours avant d’apposer la sienne. Le journal Le Monde (du 20 juin 13) relate comment les choses se sont déroulés : le 12 juin, le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibril Bassolé, se rendit à Bamako pour négocier avec les autorités maliennes. Or, même après six heures d’âpres discussions, celles-ci n’aboutirent pas encore. Il fallait, précise le journal, des « coups de fil de François Hollande et (du président burkinabè) Blaise Compaoré » en personne, pour faire pencher la balance. 

 

Blaise Compaoré et son gouvernement ont, à l’évidence, joué un rôle central dans le dénouement de cette négociation, qui s’est dès le début déroulée sous leur tutelle ; d’où le choix d’Ouagadougou, la capitale du Burkina, comme lieu de négociation. Rappelons que le régime de Compaoré – au pouvoir depuis 1987, suite à l’assassinat de son célèbre prédécesseur Thomas Sankara et à l’arrêt du processus révolutionnaire conduit par Sankara – est l’un des alliés les plus étroits du néocolonialisme français dans la sous-région. 

 

La pomme de discorde principale entre le MNLA (et la France) d’un côté et le gouvernement malien de l’autre était alors, depuis plusieurs mois, l’occupation de Kidal. Cette ville dans le nord-est du Mali et la région du même nom étaient « libérées », à partir de février 2013, par les armées française et tchadienne – cette dernière a quitté la zone en mai dernier – ensemble avec le MNLA, mais interdites d’entrée à l’armée malienne. Ce qui posait un problème de plus en plus insupportable à de nombreux Maliens et de nombreuses Maliennes, dont beaucoup considéraient que l’élection présidentielle prévue fin juillet ne pouvait pas se tenir « si tout le territoire national du Mali n’est pas libéré ».

 

C’est pour libérer le chemin qui doit conduire à l’élection, que la France et son allié burkinabè ont exercé une forte pression sur les autorités maliennes afin qu’elles acceptent la conclusion de cet accord. Celui-ci est d’ailleurs intitulé « Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali », et stipule à son article 2 : « Les Parties acceptent l’organisation de l’élection présidentielle sur toute l’étendue du territoire », donc aussi dans la région de Kidal.  

Ce point est d’ailleurs le plus concret de tout l’accord, correspondant à l’intérêt principal que les puissances tutélaires française et burkinabè liaient à sa conclusion. Pour le reste, l’objet de l’accord reste assez flou, dans la mesure où le règlement des problèmes est pour l’essentiel renvoyé… après l’élection. En effet, les parties signataires promettent à l’article 3 : « Après l’élection du Président de la République et la mise en place du Gouvernement, les Parties conviennent d’entamer un dialogue inclusif pour trouver une solution définitive à la crise. » En attendant ce futur dialogue envisagé, les groupes armés (et notamment le MNLA) ne sont pas désarmés, bien que l’article 6 dise que leur désarmement « est accepté par tous ». Mais en attendant les discussions à venir, ces groupes armés sont « cantonnés » sur des sites particuliers, sans pour autant ce séparer de leurs armes, « sous la supervision de la MINUSMA » (la troupe des Nations Unies pour le Mali) et « avec le concours initial de la Force Serval » française ?

En même temps, l’armée malienne pouvait rentrer dans la région de Kidal ; il était question de son « déploiement progressif (…) dès la signature du présent Accord, en étroite coopération avec la MINUSMA et la Force Serval » (article 11). Par ailleurs, il a été annoncé que l’armée française allait être stationnée dans la zone de l’aéroport de Kidal, en vue de séparer les deux parties armées potentiellement hostiles : l’armée malienne d’un côté, le MNLA de l’autre. Pour le reste, l’article 21 promet : « A l’issue de l’élection présidentielle et soixante jours après sa mise en place, le nouveau Gouvernement du Mali (…) entamera, avec l’accompagnement de la communauté internationale, des pourparlers de paix avec toutes les communautés du nord, les signataires ainsi que les groupes armés (…) ».

Rien n’est donc résolu pour le moment, ni la question du désarmement des groupes armés ni le risque d’une balkanisation du pays. Mais la France pourra se targuer du fait d’avoir pu imposer la date des élections, et garde deux fers au feu : la coopération avec les autorités du Mali, mais aussi celle avec le MNLA. Dans la pratique, les choses se sont d’ailleurs déroulées de façon plutôt compliqué : le gouverneur (représentant du gouvernement central) rentra à Kidal début juillet, avant de s’enfuir le 11 juillet… et de revenir sur place le 15 juillet. Depuis, c’est le statu quo : le MNLA a gardé ses armes ; l’armée malienne est sur place, mais reste cantonnée dans ses casernements (alors que ce sont théoriquement les ex-rebelles qui devaient être cantonnés) ; l’armée française sépare les parties.

 

Le vote 

 

La dynamique du vote elle-même n’était pas « bidon ». L’engouement populaire pour aller participer au vote était réel, quand le peuple malien était appelé à élire un nouveau président, les 28 juillet (premier tour) puis 11 août dernier. A Bamako et ailleurs, on pouvait voir les électeurs et électrices sortir massivement, munis de leur carte électronique « NINA » qui était censée rendre incontestable l’identification des votants. Le scrutin s’est néanmoins déroulé dans le calme, en tout cas selon ce que nous avons pu observer dans la capitale Bamako.

 

Ceci reflète avant tout la maturité politique du peuple malien, dont une nette majorité a surtout souhaité « tourner la page » des années de gestion désastreuse du pays par l’ex-président ATT (Amadou Toumani Touré, 2002 à 2012). Celle-ci avait largement facilité l’implosion de l’Etat et l’occupation du Nord du pays par une coalition de rebelles, mêlant séparatistes adeptes d’un « Azawad » à base « ethnique » et djihadistes, et elle avait dégoûté une majorité de Maliens de toute participation à la vie politique officielle du pays. Le dernier scrutin présidentiel sous ATT, celui de 2007, n’avait connu qu’un taux de participation officiel de 26 %, tout en étant accompagné de critiques portant sur des achats de voix et d’autres manipulations.

 

Une telle situation est, actuellement, derrière le peuple malien. Lors du premier tour du 28 juillet 2013, le taux de participation avait d’abord été indiquée avec 53,5 %, puis corrigé dans le résultat officiel à 49 % (probablement compte tenu des plus de 400.000 bulletins de vote comptés comme « nuls »). Au deuxième tour, ce taux a légèrement baissé à 45,7 %, ce qui est probablement dû aux conditions météorologiques – une pluie tropicale tomba ce 11 août sur une partie de la capitale, p.ex. -, mais aussi au fait qu’un certain nombre de Maliens et Maliennes pensaient que « les jeux étaient largement faits » après le premier tour. Aussi faut-il ajouter que le premier tour avait lieu pendant le Ramadan, alors que le mois de carême était fini au moment du deuxième tour, et qu’un certain nombre de personnes (surtout des femmes) étaient alors occupées à préparer le repas familial en milieu de journée. Le nombre de bulletins « nuls » au second tour était très inférieur à celui du premier, tombant à 50.000.

 

Ce constant général était loin d’être gagné d’avance. La France, notamment, avait exercé une forte pression pour que le vote se tienne avant la fin du mois de juillet. C’était prendre un risque important : un vote en pleine saison des pluies – quand les paysans travaillent la terre – et en plein Ramadan, allait-il vraiment pouvoir mobiliser le peuple malien ? 

 

Nombreuses étaient les voix qui pensaient que ce scrutin venait « trop tôt », que la plupart des forces politiques – surtout celles qui ne sont pas issues de l’oligarchie de l’ancien système – n’y étaient pas suffisamment préparées, que les conditions matérielles pour un déroulement correct du scrutin n’étaient pas réunies au « jour J ». Cela était peut-être même sciemment calculé : avec une faible participation, les partisans de tel représentant de l’ancienne oligarchie allait pouvoir l’emporter sans « trop de vagues ». Mais c’est, finalement, un autre scénario qui s’est réalisé. Avant tout à cause de la maturité du peuple malien désormais plus « réveillé » politiquement, suite à la catastrophe qu’a connue son pays en 2012, et certainement pas « grâce à la France »… mais peut-être plutôt malgré l’attitude française.

 

Un observateur pouvait confirmer à l’œil nu, dans le Bamako de ce mois d’août 2013, que le résultat final de l’élection correspondait réellement à ce que semblait souhaiter une large majorité du peuple. Alors que le second tour opposait l’ex-Premier ministre « IBK » (Ibrahim Boubacar Keïta, 39 % des voix au premier tour et 77,62 % au second) à son rival Soumaïlia Cissé (19,7 % au premier tour et 22,38 % au second), l’effigie d’IBK était très présente : sur des autocollants apposés dans des taxis, sur des affiches collées dans les entrées d’un certain nombre de maisons, sur des boutiques dans les marchés… Rien de tel n’existait pour Soumaïlia Cissé. Le résultat, quelques jours avant le second tour, ne pouvait laisser guère de placer au doute.

 

Si ce « réveil démocratique » du peuple malien a finalement largement profité dans les urnes au vainqueur « IBK », c’est parce qu’il était considéré comme le « moins mal » des candidats par beaucoup de gens. Il faut entendre par là qu’il était apprécié comme « moins voleur » que d’autres : lors de sa période comme Premier ministre, de 1994 à 2000, il faisait preuve d’une gestion plus rigoureuse des finances publiques que d’autres avant et (surtout) après lui. Surtout, le candidat Keïta promettait un renouveau public à travers l’annonce de la fondation d’une « quatrième République » au Mali ; la première République était la période socialisante de Modibo Keïta depuis l’indépendance jusqu’en 1968, la deuxième correspondait au régime militaire sous Moussa Traoré renversé en 1991, la troisième couvrant à la dernière période. Cette promesse, bien que son contenu exact soit encore flou, rencontrait un écho certain auprès de ceux et celles qui voulaient en finir avec les pratiques de l’ancienne oligarchie. Celle-ci était, en revanche, associée à l’image de Soumalïa Cissé – l’ancien grand argentier du pays d’abord, puis de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) – et à ceux qui le soutenaient au second tour. Tels que l’ex-Premier ministre Modibo Sidibé, dont l’ex-président « ATT » de sinistre mémoire avait voulu faire son successeur.

 

Mais « IBK » aura fort à faire. Sa candidature était en effet soutenue par des forces aux aspirations contradictoires, et certainement investie d’espoirs et d’attentes qui ne vont pas tous dans le même sens. La gauche malienne était ainsi au rendez-vous : le Rassemblement pour la justice sociale (RJS), créé avant le scrutin et dans lequel on trouve des leaders associatifs, s’était rallié à la candidature « IBK » dès avant le premier tour. Le parti SADI (Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance) avait présenté son candidat Oumar Mariko au premier tour – il obtint 2,57 % -, mais soutenu « IBK » comme le moindre mal, au second. Du côté progressiste au sens large, on trouve aussi les jeunes officiers qui avait mis fin au régime « ATT » par leur coup d’Etat du 22 mars 2012. « IBK » avait aussi leur soutien, et a pu faire campagne dans leur fief, le camp Kati au nord-ouest du Bamako, trois jours avant le premier tour.

Cependant la candidature « IBK » était aussi soutenu par des forces politico-religieuse somme toute réactionnaires, dont celles du « Haut conseil islamique » (HCI) qui s’étaient mobilisée contre une réforme du Code de la famille en 2011, et la fédération Sabati influencée par les idées wahhabites. Pour des raisons qui tiennent aux références religieuses et aux « valeurs traditionnelles » du candidat Keïta, mais aussi à des amitiés personnelles, ces forces ont aussi voulu peser dans la balance en misant sur un « cheval gagnant ». Elles ne manqueront pas, elles aussi, de faire pression en faveur de leurs propres objectifs.

 

 

Dernière évolution

 

Le nouveau président a inauguré son mandat par une cérémonie qui s’est tenu le 15 septembre, en présence de François Hollande qui proclame alors: « Nous avons gagné cette guerre ! ». Les chantiers qui l’attendent seront immenses, dont la négociation avec le MNLA – toujours en embuscade – sur la question de savoir s’il faut donner ou non un statut spécifique sous forme d’autonomie au Nord. Le président Keïta ne pourra pas compter sur une chose : la passivité et la résignation du peuple malien, qui sera là pour observer ses actes.

 

Dans le nord, les choses se sont vite gâtés. Des négociations étaient censées démarrer sur le statut des régions du nord, sachant qu’ « IBK » avait toujours précisé par la campagne qu’une décentralisation plus poussée (mais avec des règles identiques dans tout le pays) était acceptable à ses yeux, mais pas un statut juridique spécial pour le nord. C’est précisément cela que revendique le MNLA. La dernière semaine de septembre, le MNLA a une première fois rompu les négociations, avant de revenir à la table des négociations le 05 octobre. Entre-temps, des combats armés se sont déroulés à Kidal, où des médias maliens (tels que Malijet) signalent maintenant à nouveau la présence de groupes diaristes composés d’Algériens, de Tunisiens, de Pakistanais et d’autres combattants internationaux.

 

La violence des diaristes s’est aussi réveillée, pour le moment ponctuellement. Les 25 septembre, un attentat à Tombouctou à tuer six personnes (dont les diaristes eux-mêmes), et des combats soutenus avec les forces spéciales françaises ont abouti - le 1er octobre - à la mort d’une dizaine de djihadistes, près de Tombouctou.

 

La dimension économique et sociale était largement absente des enjeux visibles de la campagne, comme l’a - à juste titre - déploré Aminata Traoré dans une interview accordée à « L’Humanité ». Cette question avait été largement masquée par les enjeux relatifs à l’unité du pays et au(x) statut(s) du Nord. Or, à la longue, ce sera elle qui sera décisive pour le regard que jettera le peuple malien sur le nouveau pouvoir. A cet égard, la désignation d’un banquier - ayant fait ses classes à la Banque mondiale -, Oumar Tatam Ly, au poste de Premier ministre est un mauvais signe inaugural. Il n’a pas de passé politique connu, mais a été réputé technocrate financier « apolitique ». Les élections législatives, prochainement à venir, devront déterminer le poids des forces politiques. 

 Bertold Du Ryon

лимузин на свадьбу.
Компания Сансити
Move
-

INternational

Top Headline
French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Information en bréf

Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l’UA

L’ex-épouse du président Jacob Zuma est la première femme et la première anglophone à accéder au poste de présidente de la commission de l’Union africaine. Une victoire qui pourrait profiter par ricochet au président sud-africain.

 


Union africaine De nouveaux défis attendent Boni Yayi

La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini- Zuma a été élue présidente de la Commission de l'Union africaine(Ua), le dimanche 15 juillet au soir à Addis-Abeba lors du 19ème sommet de l'institution.

 


Le sort des noirs subsahariens en Libye

Sayouba Savadogo, universitaire originaire du Burkina Faso qui s’intéresse aux liens entre l’arabité et l’africanité évoquait le 14 septembre 2011 sur Radio Canada International (dans l’émission Tam Tam) le sort des noirs en Libye et pas seulement depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

 


Ghana : Le panafricanisme de Kwamé NKRUMAH

« Le nationalisme africain ne se limite pas seulement à la Côte d’Or, aujourd’hui le Ghana. Dès maintenant il doit être un nationalisme panafricain et il faut que l’idéologie d’une conscience politique parmi les Africains, ainsi que leur émancipation, se répandent partout dans le continent », déclare dès 1960 celui qui fut le père de l’indépendance du Ghana (ex- Gold Coast) en 1957....


Rwanda : la vérité rattrape toujours le mensonge

« Le mensonge peut courir une année, la vérité le rattrape en une journée » dit un proverbe africain. Les juges Trévidic et Poux mettent à plat le travail biaisé et uniquement à charge contre le FPR (Front Patriotique Rwandais) du juge Bruguière dont le principal objectif a été certainement la dissimulation du rôle de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda, aidé en cela par certains médias français.


EGYPTE : Les islamistes grands gagnants des révolutions

Les Islamistes ont remporté plus des deux tiers de l’Assemblée dont la moitié pour les seuls frères musulmans. Comme en Tunisie, la déferlante islamiste après les révolutions qui ont chassé les dictateurs doivent interpeller les pays occidentaux sur le sens à donner à ces élections. A force de soutenir les dictateurs pour leurs seuls intérêts, ils ont oublié que le peuple seul aura le dernier mot en démocratie.


Cheikh Anta DIOP : le dernier pharaon

L’insulte suprême a été faite le 26 juillet 2007, au sein même de cette université qui porte son nom, lorsque Nicolas Sarkozy est venu dire à la jeunesse africaine que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire ». Cheikh Anta Diop a dû se retourner dans sa tombe, lui qui justement, a passé sa vie à montrer tous les apports du nègre africain à la civilisation mondiale. La riposte ne s’est d’ailleurs pas fait attendre et 23 intellectuels africains et français ont répondu à Sarkozy.

 


Exécutions de prisonniers en Gambie : Jammeh capitule devant Souleymane Ndéné Ndiaye

C’est un ancien premier ministre et avocat qui a plaidé et obtenu gain de cause auprès du président gambien Yahya Jammeh devant sa décision d’exécuter des prisonniers condamnés à mort.Au lendemain des exécutions le 26 août dernier de 9 prisonniers parmi lesquels figurent deux ressortissants sénégalais, Banjul avait annoncé l'application de la peine capitale à tous les autres prisonniers qui attendent dans le couloir de la mort, ce, en dépit des réactions et vives protestations des organismes de défense des droits de l’homme à travers le monde.


alt

Ouganda : une application mobile détectant la malaria

C’est du jamais vu, une application mobile peut désormais diagnostiquer la malaria. C’est l’invention de quatre étudiants ougandais en informatique à l’université de Mekerere (Kampala), se faisant appeler Code 8.

 


altMali: Entre deux maux

Entre deux maux il faut choisir le moindre. Tel est le proverbe et, telle est la position adoptée par le parti SADI et rendue publique le cinq août dernier au cours d’une conférence de presse dans les locaux de radio Kayira à Bamako.
Le résultat du premier tour des élections présidentielles a-t-il conduit à choisir entre deux maux : la peste ou le choléra ? Les deux termes qui concluent habituellement le proverbe cité.


altLes nouveaux soupirants de l’Afrique et le dilemme de nombreux investisseurs partenaires

Le Brésil, compte tenu des similarités culturelles et économiques avec l’Afrique, a une meilleure chance de devenir le partenaire commercial et d’investissement idéal pour le continent, même si le cadre d’échange global des Brics est maintenu.

 


alt

Les raisons qui font que vous allez aimer vivre en Afrique

L’Afrique terre mère et de l’avenir. Une terre où tout reste à exploiter, à condition de bien le faire. Et si retourner vivre en Afrique relevait plus de l’opportunité plutôt qu’une aventure ? Vous avez mille et une raisons de le faire.

 


altBulletins "Afriques en lutte"

IMETUEUSE REVOLUTION!. l'Egypte pourrait être le début d’un nouveau processus historique, celui du début de la fin de l’islam politique qui, du fait d'une mobilisation populaire inédite, vient d'enregistrer un échec majeur avec le renversement de Morsi, issu des Frères musulmans.

 


altMali : APPEL A NOS COMPATRIOTES

Chers compatriotes,Aujourd’hui, notre nation traverse la période la plus triste et la plus grave de son histoire depuis son accession à l’indépendance le 22 septembre 1960. L’espoir suscité, en 1991, par le formidable mouvement des élèves et étudiants, soutenus par les populations et les forces politiques, s’est transformé en un cauchemar qui remet en cause notre existence en tant que nation.


mandelaNelson Mandela, une destinée sud-africaine

Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, près d’Umtata dans le Transkei, région située dans l’est de la province du Cap-Oriental. Madiba, comme on le surnomme affectueusement, est le fils d’Henry Mandela, le principal conseiller du chef du Thembuland. Après la mort de son père, il devient pupille du chef afin d’être formé à la charge héritée de son père. Le règlement des litiges qui sont présentés à la cour et le glorieux passé de ses ancêtres dans la défense des intérêts de leurs concitoyens détermineront son avenir.


alt

La nouvelle ruée vers l’Afrique bat son plein

Depuis l’époque coloniale, ceux qui cherchent des matières premières peuvent faire ce qu’ils veulent en Afrique, pratiquement sans entrave. Après la décolonisation, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont affaibli bon nombre d’États en leur imposant des réformes structurelles. Aujourd’hui, toutefois, certains gouvernements africains tentent de résister.

 


 

 

 

 

 

Connexion

NOS VISIONNAIRES

NELSON MANDELA

MARTIN LUTHER KING

THOMAS SANKARA

VOIR PLUS...

Top rubriques

  • 1
  • 2

Connexion