vendredi, octobre 19, 2018
   
Text Size

RECHERCHE

новые флеш игры.

Djibouti: " Résistance!"

Catégorie parente: Afrique de l'Est

Шаблоны Joomla здесь.

Source: Afriques en lutte

« Le Peuple, dit-on, n’a pas point de guides. Qu’il en apparaisse, et le Peuple, dès l’instant, brise ses chaines (…). Répétons-le encore : tous les maux sont à leur comble ; ils ne peuvent plus empirer ; ils ne peuvent se réparer que par un bouleversement total ! Que tout se confonde donc !..., que tous les éléments se brouillent, se mêlent et s’entrechoquent !..., que tout rentre dans le chaos, et que du chaos sorte un monde nouveau et régénéré ! »  Gracchus Babeuf

 

Raconter les manifestations, les revendications de l’opposition et la répression inhumaine à Djibouti ? Il m’est impossible de m’intéresser à une histoire aussi banale et révoltante. Expliquer pour la énième fois qu’il ya eu bourrages d’urnes, dire qu’il y a actuellement des sanctions économiques, pénales généralisées contre de centaines de personnes (commerçants, enseignants, haut fonctionnaires) ? Oui le simple fait d’appartenir à l’opposition entraine des sacrifices considérables pour les Djiboutiens (surtout les fonctionnaires) et impliquent continuellement le risque de perdre son emploi, ses biens, sa vie ! M’associer à la masturbation médiatique de l’opposition (surtout Daher Ahmed Farah) pour faire monter les enchères (tôt ou tard un accord sera signé avec le dictateur Ismaël Omar Guelleh – « IOG » - sous le parrainage des Organisations Internationales) ? Contribuer au travail de dissimulation tendant à perpétuer un mensonge collectif : « Djibouti est une démocratie » ? Oui, en parlant de ces élections, je masquerai  les pratiques, les petits arrangements entre partis politiques, ethnies, clans… Oui, amis lecteurs, « le changement (ce n’est pas) maintenant » (slogan de l’USN) ! Puisque je suis Djiboutienne et que je suis ici, il me faut donc démontrer pourquoi les accusations et les revendications de l’opposition Djiboutienne sont dépourvues d’intérêt. Vous me permettrez alors de généraliser mes propos en incluant toute l’Afrique. 

Partout en Afrique des élections (législatives ou présidentielles) sont régulièrement organisées grâce aux opposants qui font pression sur le gouvernement français, les investisseurs internationaux et l’Union Européenne. Sans relâche, ils dénoncent la corruption, les violations des libertés publiques et réclament le droit du peuple (djiboutien) à choisir librement ses dirigeants. Les Occidentaux (grâce à l’insistance des associations et des partis politiques de gauche) consentiront officiellement à ces prétentions absurdes tout en laissant croire qu’elles sont « légitimes ».


Le dictateur acceptera l’organisation des « élections démocratiques » et le retour des opposants exilés (épuisés par la lutte). Ainsi l’opposition, satisfaite et rassurée par la présence d’observateurs internationaux, se prend au sérieux, {{prése}nte}} des listes, tient des meetings... naturellement elle sait qu’elle va perdre ! En attendant, euphorique, l’opposition s’allie avec les anciens hommes forts du régime (Ismaël Guedi Hared, bras droit de Hassan Gouled Aptidon, tête de liste à Djibouti-ville) et des « racistes » corrompus (Aden Robleh Awaleh, propriétaire de plusieurs hôtels et villas à l’étranger ; c’est le Le Pen national ! et député UMP sortant !). Spontanément, le Peuple s’enthousiasme, s’active, se rassemble et rêve les yeux grands ouverts : décapiter (démocratiquement) son oppresseur ! Courageusement, le Peuple se rend aux meetings tenus par l’opposition ; il se met à désirer la Justice, la Liberté, le Changement. Ildevient fou! Et cela affole le dictateur, la peur s’empare de lui. En fait, le dictateur supporte le mépris unanime de la société, il trouve des courtisans, des flatteurs, des serviteurs pour opiner, opprimer et marcher avec lui. Maisqu’un autre suscite un enchantement affectif, idéologique, qu’une alchimie s’opère entre le peuple et ce concurrent… Et le dictateur qui n’avait aucune intention de plaire, se prend sincèrement et efficacement à aimer (temporairement) la population entière. Et pendant qu’il y est, il s’adressera à son peuple pour l’avertir, le reconquérir, le sermonner. Il ne s’agit pas d’amour mais d’une réaction à la tentative de dépossession : « Une colère juste », donc ! Il choisira la télévision (monologue diffusé le 20 février 2013, quatre fois) pour faire sa déclaration d’amour : « La cohabitation paralyserait l’action du gouvernement. Elle constitue un frein au développement et au progrès du pays. Et l’opposition n’a pas de programme politique. ». Le peuple, quant à lui, découvre que cette sangsue a un cœur et qu’il veut lui plaire.
Le lendemain des élections, les observateurs prestigieux (Union Africaine, IGAD - Autorité Intergouvernementale pour le Développement, Ligue Arabe, Français, Union Européenne) apporteront une caution morale au tyran et entretiendront le mythe de la démocratie chez les sauvages ! Mauvaise langue ?! Lisons donc les communiqués : « Estimant que les élections législatives (de vendredi 22 février) ont offert au peuple (djiboutien) l’opportunité d’exprimer librement son opinion… exhortant les acteurs politiques Djiboutiens à respecter la volonté du peuple et à utiliser les voies légales de recours pour toute réclamation ou contestation éventuelle… » Bon prince, le président autoproclamé fera «part de la disponibilité de toutes les institutions nationales et (de) la sienne pour étudier les requêtes de l’opposition ».Et si les leaders politique persistent, s’entêtent, il pourra les mater en toute impunité : « Il incombe aussi à l’Etat dont nous sommes les responsables de garantir l’ordre et la sécurité des biens et des personnes. Et à ce titre, nous sommes contraints d’arrêter les fauteurs de troubles qui représentent une frange très minoritaire de notre société » ! Il saisira l’opportunité pour rappeler qu’ « A Djibouti, nous tolérons même la parution de journaux dévolus à l’injure permanente de dirigeants et de leurs familles sans qu’à aucun moment les auteurs de ces propos ne soient poursuivis devant les tribunaux… Ma modeste personne est à l’origine de la réforme qui a permis l’entrée de l’opposition au Parlement djiboutien ».

Eh oui,Camarade, ainsi périssent la démocratie et le peuple! Ne soyons pas pessimistes, les choses changent en Afrique (comme jadis en Europe) : on est passé de dictateur despotique à dictateur éclairé. Les optimistes (dont je suis !) devront préparer la révolution africaine.
En cas d’insurrection populaire, le gouvernement français interviendra en bon humaniste pour faire accepter l’usurpation du tyran et siffler la fin du jeu : « Mes homologues et moi-même n’avons constaté rien d’anormal. Cela signifie un progrès très positif par rapport à un parlement monocolore. La stabilité de Djibouti est indispensable au développement de l’économie nationale et celles des pays voisins comme l’Ethiopie ». Merci à  la France de nous enseigner ses valeurs morales : le sacrifice au nom de l’intérêt régional ! Nous savons que là-bas les ouvriers français se sacrifient pour l’intérêt général et nous remercions Monsieur le président François Hollande et célébrons le retour du paternalisme !
Ensuite, l’ambassadeur de la France proposera des solutions aux uns et autres. Qui d’autre que l’ancienne puissance coloniale pour les réconcilier ?! Il est connu et reconnu  par tous que la colonisation a conféré un droit de propriété sur la vie des Nègres !
Tous oublieront les intentions cachées, les calculs (pour la sauvegarde des intérêts des industriels) de l’Etat français pour croire au mythe de la France pays des droits de l’homme. Très vite, ils concluront à un accord préparé par l’ambassadeur français : désintéressé et dévoué !


Il est écouté par le dictateur et il est aussi le protecteur du peuple. Mais il omet de dire qu’il est le conseiller, le souffleur, le commandeur. A la fin, la France veillera à maintenir IOG au pouvoir par tous les moyens tout en reconnaissant le droit incontestable à la démocratie du peuple djiboutien. Devant tant de difficultés, l’opposition pragmatique accepte le verdict, s’anéantit et trahit le peuple. Bien sûr, elle ira s’installer à l’étranger en attendant les prochaines élections.
Tout est verrouillé ici, aussi la révolution n’aura-t-elle pas lieu ! C’est le résultat de la civilisation ou du progrès démocratique en Afrique. On préfère laisser le Peuple dans la misère et sauver « Djibouti, havre de paix ». Quant à moi, je constate qu’ici comme là-bas, les damnés de la Terre résistent. Espérons qu’ils trouvent un guide !

Ardo Mako

лимузин на свадьбу.
Компания Сансити
Move
-

INternational

Top Headline
French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Information en bréf

Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l’UA

L’ex-épouse du président Jacob Zuma est la première femme et la première anglophone à accéder au poste de présidente de la commission de l’Union africaine. Une victoire qui pourrait profiter par ricochet au président sud-africain.

 


Union africaine De nouveaux défis attendent Boni Yayi

La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini- Zuma a été élue présidente de la Commission de l'Union africaine(Ua), le dimanche 15 juillet au soir à Addis-Abeba lors du 19ème sommet de l'institution.

 


Le sort des noirs subsahariens en Libye

Sayouba Savadogo, universitaire originaire du Burkina Faso qui s’intéresse aux liens entre l’arabité et l’africanité évoquait le 14 septembre 2011 sur Radio Canada International (dans l’émission Tam Tam) le sort des noirs en Libye et pas seulement depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

 


Ghana : Le panafricanisme de Kwamé NKRUMAH

« Le nationalisme africain ne se limite pas seulement à la Côte d’Or, aujourd’hui le Ghana. Dès maintenant il doit être un nationalisme panafricain et il faut que l’idéologie d’une conscience politique parmi les Africains, ainsi que leur émancipation, se répandent partout dans le continent », déclare dès 1960 celui qui fut le père de l’indépendance du Ghana (ex- Gold Coast) en 1957....


Rwanda : la vérité rattrape toujours le mensonge

« Le mensonge peut courir une année, la vérité le rattrape en une journée » dit un proverbe africain. Les juges Trévidic et Poux mettent à plat le travail biaisé et uniquement à charge contre le FPR (Front Patriotique Rwandais) du juge Bruguière dont le principal objectif a été certainement la dissimulation du rôle de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda, aidé en cela par certains médias français.


EGYPTE : Les islamistes grands gagnants des révolutions

Les Islamistes ont remporté plus des deux tiers de l’Assemblée dont la moitié pour les seuls frères musulmans. Comme en Tunisie, la déferlante islamiste après les révolutions qui ont chassé les dictateurs doivent interpeller les pays occidentaux sur le sens à donner à ces élections. A force de soutenir les dictateurs pour leurs seuls intérêts, ils ont oublié que le peuple seul aura le dernier mot en démocratie.


Cheikh Anta DIOP : le dernier pharaon

L’insulte suprême a été faite le 26 juillet 2007, au sein même de cette université qui porte son nom, lorsque Nicolas Sarkozy est venu dire à la jeunesse africaine que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire ». Cheikh Anta Diop a dû se retourner dans sa tombe, lui qui justement, a passé sa vie à montrer tous les apports du nègre africain à la civilisation mondiale. La riposte ne s’est d’ailleurs pas fait attendre et 23 intellectuels africains et français ont répondu à Sarkozy.

 


Exécutions de prisonniers en Gambie : Jammeh capitule devant Souleymane Ndéné Ndiaye

C’est un ancien premier ministre et avocat qui a plaidé et obtenu gain de cause auprès du président gambien Yahya Jammeh devant sa décision d’exécuter des prisonniers condamnés à mort.Au lendemain des exécutions le 26 août dernier de 9 prisonniers parmi lesquels figurent deux ressortissants sénégalais, Banjul avait annoncé l'application de la peine capitale à tous les autres prisonniers qui attendent dans le couloir de la mort, ce, en dépit des réactions et vives protestations des organismes de défense des droits de l’homme à travers le monde.


alt

Ouganda : une application mobile détectant la malaria

C’est du jamais vu, une application mobile peut désormais diagnostiquer la malaria. C’est l’invention de quatre étudiants ougandais en informatique à l’université de Mekerere (Kampala), se faisant appeler Code 8.

 


altMali: Entre deux maux

Entre deux maux il faut choisir le moindre. Tel est le proverbe et, telle est la position adoptée par le parti SADI et rendue publique le cinq août dernier au cours d’une conférence de presse dans les locaux de radio Kayira à Bamako.
Le résultat du premier tour des élections présidentielles a-t-il conduit à choisir entre deux maux : la peste ou le choléra ? Les deux termes qui concluent habituellement le proverbe cité.


altLes nouveaux soupirants de l’Afrique et le dilemme de nombreux investisseurs partenaires

Le Brésil, compte tenu des similarités culturelles et économiques avec l’Afrique, a une meilleure chance de devenir le partenaire commercial et d’investissement idéal pour le continent, même si le cadre d’échange global des Brics est maintenu.

 


alt

Les raisons qui font que vous allez aimer vivre en Afrique

L’Afrique terre mère et de l’avenir. Une terre où tout reste à exploiter, à condition de bien le faire. Et si retourner vivre en Afrique relevait plus de l’opportunité plutôt qu’une aventure ? Vous avez mille et une raisons de le faire.

 


altBulletins "Afriques en lutte"

IMETUEUSE REVOLUTION!. l'Egypte pourrait être le début d’un nouveau processus historique, celui du début de la fin de l’islam politique qui, du fait d'une mobilisation populaire inédite, vient d'enregistrer un échec majeur avec le renversement de Morsi, issu des Frères musulmans.

 


altMali : APPEL A NOS COMPATRIOTES

Chers compatriotes,Aujourd’hui, notre nation traverse la période la plus triste et la plus grave de son histoire depuis son accession à l’indépendance le 22 septembre 1960. L’espoir suscité, en 1991, par le formidable mouvement des élèves et étudiants, soutenus par les populations et les forces politiques, s’est transformé en un cauchemar qui remet en cause notre existence en tant que nation.


mandelaNelson Mandela, une destinée sud-africaine

Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, près d’Umtata dans le Transkei, région située dans l’est de la province du Cap-Oriental. Madiba, comme on le surnomme affectueusement, est le fils d’Henry Mandela, le principal conseiller du chef du Thembuland. Après la mort de son père, il devient pupille du chef afin d’être formé à la charge héritée de son père. Le règlement des litiges qui sont présentés à la cour et le glorieux passé de ses ancêtres dans la défense des intérêts de leurs concitoyens détermineront son avenir.


alt

La nouvelle ruée vers l’Afrique bat son plein

Depuis l’époque coloniale, ceux qui cherchent des matières premières peuvent faire ce qu’ils veulent en Afrique, pratiquement sans entrave. Après la décolonisation, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont affaibli bon nombre d’États en leur imposant des réformes structurelles. Aujourd’hui, toutefois, certains gouvernements africains tentent de résister.

 


 

 

 

 

 

Connexion

NOS VISIONNAIRES

NELSON MANDELA

MARTIN LUTHER KING

THOMAS SANKARA

VOIR PLUS...

Top rubriques

  • 1
  • 2

Connexion