mardi, janvier 16, 2018
   
Text Size

RECHERCHE

новые флеш игры.

Madagascar : Elections, pillages et pauvreté

Catégorie parente: Afrique Australe

Шаблоны Joomla здесь.

altLa « crise » malgache actuelle – commencée en 2009 – procède de façon quasi permanente d’une lutte entre des fractions dirigeantes politico-affairistes (menées par des tycoons 1 locaux, dont Ravalomanana et Rajoelina) pour le contrôle du pouvoir sous la pression d’enjeux géopolitiques entre multinationales et puissances étrangères anciennes et/ou émergentes. D’escalades en surenchères, cette compétition au sommet a très vite dégénéré en véritable chaos dans lequel la population étouffe…

Le processus de sortie de cette crise, articulant diverses et successives solutions malgacho-malgaches, d’un côté, et diktats de la « communauté internationale » (ONU, UE, UA, SADC) 2, de l’autre, a mis et continue de mettre en œuvre un « partage du pouvoir » entre fractions belligérantes. La « feuille de route » de sortie de crise, signée officiellement le 17 septembre 2010 par la quasi-totalité des groupements de politiciens est un corpus d’engagements des acteurs politiques construit grâce à la médiation de la SADC (mandatée par l’Union africaine selon le principe de subsidiarité pour traiter de la sortie de crise). Rappelons que de cette « feuille de route » ont procédé le référendum controversé du 17 novembre 2010 pour la IVe république puis la constitution de l’actuel gouvernement d’« union nationale », la désignation d’un Premier ministre consensuel et la définition d’un calendrier électoral.

Un processus électoral de « sortie de crise » incertain

Les renoncements respectifs – sous la pression de la « communauté internationale »Â  – du président renversé et exilé, Ravalomanana, le 12 décembre 2012, et du putschiste et actuel président de la transition, Rajoelina, le 15 janvier 2013, à se présenter à la présidentielle sont censés permettre d’aller vers une « sortie de crise apaisée ».
Le 5 février 2013, la CENIT 3 (Commission électorale nationale indépendante de la transition) annonce, avec l’aval de la SADC et des Nations unies, que l’élection est reportée du 8 mai au 24 juillet.

Mais l’UE n’annonce toujours pas la fin des sanctions prises, dans le cadre de l’accord de partenariat ACP-UE, à l’encontre de Madagascar pour faits d’accès au pouvoir des dirigeants actuels sans processus électif : elle réclame des efforts supplémentaires pour le retour à l’ordre constitutionnel par une application plus complète de la « feuille de route ». Pour l’heure, Madagascar reste donc privé de l’essentiel du 10e FED (Fonds européen pour le développement), d’un montant de près de 600 millions d’euros. L’UE a néanmoins consenti à débloquer 100 millions dans le cadre d’une aide humanitaire.

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA accorde, quant à lui, une attention particulière à l'application des dispositions de la « feuille de route », dont l’article 20 concernant le retour « sans condition » des exilés politiques. Le 16 février, il donne jusqu'à début avril pour trouver une issue à cette question, sinon l’île restera suspendue des activités de l'organisation, liant clairement le règlement du cas du retour de Ravalomanana à la levée des sanctions qui pèsent sur les dirigeants issus du putsch de 2009.

D’aucuns ne manqueront pas de pointer dans ces « conditionnalités » imposées une myopie politique qui fait payer à un peuple les aberrations de ses dirigeants… D’autres y verront le renforcement d’un processus de sape (commencé depuis des décennies) de la souveraineté malgache par rapport aux enjeux géostratégiques en cours.

En somme, le processus électoral de « sortie de crise » reste incertain… Si, d’un côté, les parts de financement des élections par la « communauté internationale » ne semblent toujours pas pleinement assurées, il se confirme, d’autre part, que les fractions dirigeantes « en guerre » se sont redéployées en vue d’une nouvelle phase exacerbée du « partage du pouvoir », les deux faits étant probablement liés… Après son renoncement à la présidentielle, on a vu Rajoelina réclamer une inversion du calendrier pour qu’une majorité parlementaire issue des législatives – qu’il aurait organisées comme président de la transition – le porte à la primature tel un « Poutine tropical »… L’élection opposerait alors quelques autres tycoons, seconds couteaux de Rajoelina et de Ravalomanana, un certain nombre de politiciens ambitieux et fortunés et quelques réformistes dont la présidente du parti Vert, Hasin’i Madagasikara.

Un chaos organisé pour piller…

Mais y aura-t-il seulement élections ? Les mises en œuvre actuelles de stratégies et de tactiques encore plus cyniques par les belligérants politico-affairistes extérieurs et intérieurs du chaos malgache ne sont probablement pas de bon augure pour les 21 millions de Malgaches en quête de sérénité et d’un peu de mieux-être… Mais la majorité de la population n’est pas dupe des enjeux du micmac politicien-affairiste ambiant. Multinationales et puissances anciennes et/ou émergentes, alliées à leurs clientèles locales respectives, rivalisent.

Certaines veulent contrôler les ressources minières (le canadien Rio Tinto, d’un côté, et le chinois Mainland Mining, de l’autre : l’ilménite ; l’australo-canadien Sherritt International : le nickel et le cobalt ; l’allemand Tantalus, d’un côté, et le français Rhodiapour, de l’autre : les « terres rares », 17 métaux stratégiques dont la série des lanthanes, plus le scandium et l’yttrium ; l’indien Varun : l’exploration d'uranium dans la région d’Amoron’i Mania et dans le Menabe),

D’autres entendent s’assurer les ressources pétrolifères (le chinois Sunpec dans le Canal du Mozambique, Total, investissant à la fois dans l’off-shore et le schiste bitumineux, Varun, prospectant du pétrole sur plus de 5 000 km2 au sud de Mahajanga et du gaz au large de l’île Sainte-Marie, etc.)
D’autres encore veulent accaparer les ressources foncières (à l’exemple de l’italien Tozzi Green et des Indiens Landmark dans l’Ihorombe et Varun dans le Nord, après les turpitudes du sud-coréen Daewoo Logistics dans le Nord-Est et l’Ouest (avant qu’elles ne soient suspendues, selon des déclarations de la transition)… en tout cas, des accaparements de terres pour la plupart dans le but de produire, avec des semences transgéniques, selon certaines hypothèses, de l’agrocarburant au bénéfice des économies des puissances étrangères...

Marché de dupes en général au vu des redevances pour Madagascar sans commune mesure avec les bénéfices attendus par les multinationales. En principe toutefois – puisqu’aucune institution de la transition n’a été élue, et n’a donc aucune légitimité – aucun contrat d’exploitation promis à X ou Y pendant cette « crise » ne peut être véritablement acté : s’il le voulait, un éventuel pouvoir issu d’une consultation électorale pourra légitimement annuler tout contrat « signé » par la transition actuelle. S’il le voulait ! Il reste que les forcings actuels sur les ressources foncières, minières et forestières expulsent déjà quantités de paysans, agriculteurs ou pasteurs, des terres sur lesquelles ils vivent et travaillent depuis plusieurs générations, ce qui met en péril l’agriculture familiale nourricière jusqu’à la sécurité et la souveraineté alimentaires du pays.

Le rapport économique d’octobre dernier de la Banque mondiale fait état d’une perte cumulée de revenus pour le pays d'environ 6,3 milliards USD durant cette « crise » : c’est environ 60 % du PIB annuel rien que pour les 4 dernières années. En rapportant par ailleurs les premières estimations de 2008 à 2012, la Banque mondiale estime que près de 4 millions de personnes de plus qu’en 2008 (c’est-à-dire avant la « crise ») sont passés sous le seuil de pauvreté, ce qui place Madagascar parmi les pays ayant le nombre le plus élevé de pauvres.

La « crise », en tout cas, a pour effet de faire rater au pays la majorité des progrès vers des défis de longue durée inclus dans les « objectifs du millénaire pour le développement » (OMD). Ainsi, ne seront pas atteints en 2015 les objectifs de la lutte contre la pauvreté, la faim, la maladie… Cette situation s’articule avec la recrudescence de l’insécurité, la mauvaise gouvernance de l’exploitation des ressources naturelles et le progrès limité dans la lutte par le haut contre la corruption.

Des mouvements sociaux porteurs d’espoir…

Trente ans de libéralisme ont laissé des marques et des réflexes dans les esprits. Traumatisée par le « tournant libéral » du socialisme administratif de l’amiral rouge Ratsiraka, puis chloroformée par la propagande ultra-libérale et « christianiste » de Ravalomanana et ensuite mystifiée par la surenchère affairiste et pseudo-souverainiste actuelle procédant du putsch de 2009, la population malgache construit ses nouvelles résistances par la base, sans attendre recettes ni appareils… Les nouveaux mouvements sociaux relativement auto-organisés de la présente période sont porteurs d’espoirs : ils font directement face aux multinationales (Sherritt International, Rio Tinto, Mainland Mining, Tozzy Green, Landmark, Varun, etc.), aux autorités locales complices et au pouvoir central autoritaire : revendications salariales et professionnelles, mobilisation contre des accaparements de terres, dénonciations de désastres écologiques, défenses de droits, liberté d’expression, liberté de la presse, etc. Alors, qui vivra verra, comme on dit…

Pierre Sidy

(1) Selon wikipedia : en anglais, tycoon signifie « magnat » ou homme d'affaires prospère (appelé autrefois également nabab).

(2) ONU, UE, UA, SADC : Nations Unies, Union européenne, Union africaine, Communauté de développement de l’Afrique australe.

(3)La CENIT est prévue et installée par la Feuille de route pour la sortie de crise.

Source: Afriques en lutte


лимузин на свадьбу.
Компания Сансити
Move
-

INternational

Top Headline
French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Information en bréf

Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l’UA

L’ex-épouse du président Jacob Zuma est la première femme et la première anglophone à accéder au poste de présidente de la commission de l’Union africaine. Une victoire qui pourrait profiter par ricochet au président sud-africain.

 


Union africaine De nouveaux défis attendent Boni Yayi

La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini- Zuma a été élue présidente de la Commission de l'Union africaine(Ua), le dimanche 15 juillet au soir à Addis-Abeba lors du 19ème sommet de l'institution.

 


Le sort des noirs subsahariens en Libye

Sayouba Savadogo, universitaire originaire du Burkina Faso qui s’intéresse aux liens entre l’arabité et l’africanité évoquait le 14 septembre 2011 sur Radio Canada International (dans l’émission Tam Tam) le sort des noirs en Libye et pas seulement depuis la chute de Mouammar Kadhafi.

 


Ghana : Le panafricanisme de Kwamé NKRUMAH

« Le nationalisme africain ne se limite pas seulement à la Côte d’Or, aujourd’hui le Ghana. Dès maintenant il doit être un nationalisme panafricain et il faut que l’idéologie d’une conscience politique parmi les Africains, ainsi que leur émancipation, se répandent partout dans le continent », déclare dès 1960 celui qui fut le père de l’indépendance du Ghana (ex- Gold Coast) en 1957....


Rwanda : la vérité rattrape toujours le mensonge

« Le mensonge peut courir une année, la vérité le rattrape en une journée » dit un proverbe africain. Les juges Trévidic et Poux mettent à plat le travail biaisé et uniquement à charge contre le FPR (Front Patriotique Rwandais) du juge Bruguière dont le principal objectif a été certainement la dissimulation du rôle de la France dans le génocide des Tutsi du Rwanda, aidé en cela par certains médias français.


EGYPTE : Les islamistes grands gagnants des révolutions

Les Islamistes ont remporté plus des deux tiers de l’Assemblée dont la moitié pour les seuls frères musulmans. Comme en Tunisie, la déferlante islamiste après les révolutions qui ont chassé les dictateurs doivent interpeller les pays occidentaux sur le sens à donner à ces élections. A force de soutenir les dictateurs pour leurs seuls intérêts, ils ont oublié que le peuple seul aura le dernier mot en démocratie.


Cheikh Anta DIOP : le dernier pharaon

L’insulte suprême a été faite le 26 juillet 2007, au sein même de cette université qui porte son nom, lorsque Nicolas Sarkozy est venu dire à la jeunesse africaine que « l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire ». Cheikh Anta Diop a dû se retourner dans sa tombe, lui qui justement, a passé sa vie à montrer tous les apports du nègre africain à la civilisation mondiale. La riposte ne s’est d’ailleurs pas fait attendre et 23 intellectuels africains et français ont répondu à Sarkozy.

 


Exécutions de prisonniers en Gambie : Jammeh capitule devant Souleymane Ndéné Ndiaye

C’est un ancien premier ministre et avocat qui a plaidé et obtenu gain de cause auprès du président gambien Yahya Jammeh devant sa décision d’exécuter des prisonniers condamnés à mort.Au lendemain des exécutions le 26 août dernier de 9 prisonniers parmi lesquels figurent deux ressortissants sénégalais, Banjul avait annoncé l'application de la peine capitale à tous les autres prisonniers qui attendent dans le couloir de la mort, ce, en dépit des réactions et vives protestations des organismes de défense des droits de l’homme à travers le monde.


alt

Ouganda : une application mobile détectant la malaria

C’est du jamais vu, une application mobile peut désormais diagnostiquer la malaria. C’est l’invention de quatre étudiants ougandais en informatique à l’université de Mekerere (Kampala), se faisant appeler Code 8.

 


altMali: Entre deux maux

Entre deux maux il faut choisir le moindre. Tel est le proverbe et, telle est la position adoptée par le parti SADI et rendue publique le cinq août dernier au cours d’une conférence de presse dans les locaux de radio Kayira à Bamako.
Le résultat du premier tour des élections présidentielles a-t-il conduit à choisir entre deux maux : la peste ou le choléra ? Les deux termes qui concluent habituellement le proverbe cité.


altLes nouveaux soupirants de l’Afrique et le dilemme de nombreux investisseurs partenaires

Le Brésil, compte tenu des similarités culturelles et économiques avec l’Afrique, a une meilleure chance de devenir le partenaire commercial et d’investissement idéal pour le continent, même si le cadre d’échange global des Brics est maintenu.

 


alt

Les raisons qui font que vous allez aimer vivre en Afrique

L’Afrique terre mère et de l’avenir. Une terre où tout reste à exploiter, à condition de bien le faire. Et si retourner vivre en Afrique relevait plus de l’opportunité plutôt qu’une aventure ? Vous avez mille et une raisons de le faire.

 


altBulletins "Afriques en lutte"

IMETUEUSE REVOLUTION!. l'Egypte pourrait être le début d’un nouveau processus historique, celui du début de la fin de l’islam politique qui, du fait d'une mobilisation populaire inédite, vient d'enregistrer un échec majeur avec le renversement de Morsi, issu des Frères musulmans.

 


altMali : APPEL A NOS COMPATRIOTES

Chers compatriotes,Aujourd’hui, notre nation traverse la période la plus triste et la plus grave de son histoire depuis son accession à l’indépendance le 22 septembre 1960. L’espoir suscité, en 1991, par le formidable mouvement des élèves et étudiants, soutenus par les populations et les forces politiques, s’est transformé en un cauchemar qui remet en cause notre existence en tant que nation.


mandelaNelson Mandela, une destinée sud-africaine

Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, près d’Umtata dans le Transkei, région située dans l’est de la province du Cap-Oriental. Madiba, comme on le surnomme affectueusement, est le fils d’Henry Mandela, le principal conseiller du chef du Thembuland. Après la mort de son père, il devient pupille du chef afin d’être formé à la charge héritée de son père. Le règlement des litiges qui sont présentés à la cour et le glorieux passé de ses ancêtres dans la défense des intérêts de leurs concitoyens détermineront son avenir.


alt

La nouvelle ruée vers l’Afrique bat son plein

Depuis l’époque coloniale, ceux qui cherchent des matières premières peuvent faire ce qu’ils veulent en Afrique, pratiquement sans entrave. Après la décolonisation, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont affaibli bon nombre d’États en leur imposant des réformes structurelles. Aujourd’hui, toutefois, certains gouvernements africains tentent de résister.

 


 

 

 

 

 

Connexion

NOS VISIONNAIRES

NELSON MANDELA

MARTIN LUTHER KING

THOMAS SANKARA

VOIR PLUS...

Top rubriques

  • 1
  • 2

Connexion